Le 9 décembre, on manifeste !

Les mobilisations en France :

Paris

RDV le 9 décembre à 14h30 place du Palais Royal

Toulouse

RDV le 9 décembre à 14h devant la station de métro Jean Jaurès

Rennes

RDV le vendredi 8 décembre à 10h devant la CAF

Pau

RDV le 9 décembre à 10h30 devant la mairie de Pau

Nantes

RDV le 9 décembre à 15h devant la Préfecture

Lille

RDV le 9 décembre à 14h30 devant la préfecture

Lorient

RDV le 9 décembre à 14h place de l’Hôtel de Ville

Bordeaux

RDV le 9 décembre à 14h30 devant la mairie de Bordeaux

Rouen

RDV le 9 décembre à 14h30 esplanade du théâtre des arts, rue Jeanne d’Arc.

Nice

RDV le 9 décembre à 14h sur la place Garibaldi

Blois

RDV le 9 décembre à 14h devant la préfecture

Tours

RDV le 9 décembre à 14h sur la place Jean Jaurès

Clermont-Ferrand

RDV le 9 décembre à 10h devant la mairie

Marseille

RDV le 9 décembre à 10h devant le Vieux Port

Strasbourg

RDV le 9 décembre à 16h mairie de quartier haute pierre

Nîmes

RDV le 9 décembre à 10h devant la préfecture de Nîmes

Dunkerque

RDV le 9 décembre à 15h parvis des Droits de l’Homme de la Communauté urbaine

Quimper

RDV le 9 décembre à 11h30 devant le centre commercial de Kermoysan

Besançon

RDV samedi 9 décembre à 14h30 place du 8 septembre à Besançon

Caen

RDV le 9 décembre à 14h00 place du théâtre à Caen

La Réunion

RDV le 9 décembre à 14h devant la préfecture de Saint Denis

Dax

RDV le 9 décembre à 12h30 sur le parvis de la Mairie

Signez la pétition !

Halte au feu ! Le gouvernement s’en prend aux allocations logement, ces aides personnelles au logement (APL) qui aident les ménages modestes à payer leur loyer, dans le parc privé ou dans le parc social. L’enjeu est énorme : 18 milliards d’euros. Toute atteinte à ces allocations a des conséquences sociales graves et immédiates.

A partir du 1er octobre 2017, ces aides indispensables baissent de 5€ par mois et par ménage. C’est une coupe de 400 millions d’euros par an sur le dos des locataires, au lieu d’encadrer les loyers, de prévenir réellement les expulsions, ou de lutter contre les inégalités.

En 2018, malgré les protestations unanimes, l’exécutif veut faire bien pire : baisser d’environ 50 € par mois les APL des locataires du parc social, en imposant aux bailleurs HLM de le répercuter sur les loyers. Cette ponction inédite de 1,4 milliard d’euros chaque année sur le budget des HLM va réduire l’entretien et l’isolation thermique des HLM, la réalisation de nouveaux logements sociaux à bas loyers… C’est le modèle économique du logement social qui est menacé, avec des conséquences graves pour tous les locataires et les mal-logés.

En 2019, le ministère annonce une coupe supplémentaire d’un milliard d’euros.

Où s’arrêteront-ils ?

Nous, citoyen-nes, locataires, associations de solidarité, de défense des mal-logé-es, des locataires, des consommateurs, syndicats, demandons au gouvernement de revenir sur ces amputations brutales et injustes, réalisées aux dépens des locataires et des plus modestes.

Vive l’APL !

Réseaux sociaux

 

Facebook par Weblizar Powered By Weblizar