Argumentaire 5

« La France doit baisser les APL pour économiser. »

FAUX

 

Les baisses des APL pénalisent les locataires les plus pauvres. Pourquoi économiser sur leur dos ?

Si la France doit économiser, il existe une palette d’alternatives à la réduction des APL. Et faut-il réellement couper dans le domaine du logement, qui rapporte 23 milliards d’euros par an à l’Etat dans son ensemble (voir visuel précédent) ?

D’autant que l’évolution du coût des APL n’entraîne pas des dépenses de plus en plus lourdes pour l’Etat : rapportées à la croissance économique, les dépenses de l’Etat sont stables à 1 point de PIB depuis plus 20 ans selon les Comptes du Logement[1], un chiffre qui n’est pas plus élevé que nombre de ses voisins européens (0,8 point de PIB au Danemark, 1,5 point de PIB au Royaume-Uni)[2].

Surtout, l’Etat n’est pas un commerce ! Gouverner, c’est avant tout considérer les coûts de long terme d’une mesure pour les personnes vivant sur le territoire, plutôt que de ne rechercher que des recettes de court terme sur une année.

 

 

[1] Fondation Abbé Pierre, Rapport sur l’état du mal logement, 2017, p. 175

[2] Blog de Pierre Madec, « Discours de politique générale : haro sur les aides au logement ! », 5/7/2017, consultable à l’adresse http://blogs.alternatives-economiques.fr/madec/2017/07/05/discours-de-politique-generale-haro-sur-les-aides-au-logement, citant notamment Steinmetz H. (2015), « Les politique du logement en Europe : comparaisons », Les cahiers français, La documentation française, n°388, septembre-octobre